Les âneries de Blaise Compaoré !

Malgré la préparation (les questions ont sans doute été bouclées et transmises 3 mois à l’avance), Blaise nous sort des âneries, faisant montre de son piètre niveau intellectuel :

–          « Battons-nous, justement, pour des scrutins véritablement démocratiques plutôt que pour des verrous constitutionnels destinés à limiter la durée de vie au pouvoir »

Ha ha ha ! « limiter la durée de vie au pouvoir » ! Ça veut dire quoi ? Cela sonne comme si l’on disait « après 2 mandats, tu meurs » ! Ha ha ha ! ho ho ho ho ! J’ai mal ! ha ha ha , hi hi hi hi, ho ho ho ho ! Bon, je comprends ce que tu veux dire, mais quand même ! 

Bravo ! Comment arrive-t-on au premier sans passe par le second ? Comme tu le dis toi-même, tes victoires aux élections ne sont pas véritablement démocratiques ! Cela concerne aussi les referenda ! N’est-ce pas ?

Et puis, tu as tendance à appliquer trop facilement des règles occidentale à une démocratie balbutiante comme celle du Faso ! Oui, toujours le même argument de nous égrener toutes les démocraties avancées ou il n’y a pas de limitation des mandats ! Des pays ou les ressources humaines sont alphabétisées à presque 100%, ou le débat politique est un débat d’idée plutôt que de personne, conduisant donc de fait à un nombre assez limité de partis politiques. Des pays, ou,  à l’intérieure même des partis politiques les militants se battent par les idées pour arriver dans les instances dirigeantes ou recevoir les nominations requises. Des pays ou, la démocratie, ce n’est pas seulement dans les scrutins, c’est aussi dans les parties, les institutions, etc .., bref la fibre constituante de la société ! Peut-on comparer ces pays à d’autre ou Raogo reçoit 5000 F pour se présenter à l’arrêt du bus qui va le conduire droit au bureau de vote ? Des pays ou un étudiant de deuxième année de philosophie est en mesure de produire des écrits contre une souscription nationale d’un parti politique avec comme seul argument que les responsables sont personnellement suffisamment fortunés pour financer les activités du parti  et la conquête du pouvoir ? Ce n’est pas demain la veille que ce futur penseur assimilera les concepts avancés de « chose publique » (République) et de « société de bien-être » ! Surtout si le pouvoir Républicain venait à être « patrimonisé » !

–          « On a tendance à appliquer un peu facilement à l’Afrique les concepts occidentaux de gouvernance. Mais être président sur le continent, à la tête d’Etats fragiles, cela n’a rien à voir avec être président de la France ou des Etats-Unis. Des pays développés où les institutions sont fortes, les ressources financières et humaines abondantes, où les routes se construisent sans avoir à trouver des bailleurs, etc. Pour obtenir des résultats, en Afrique, nous avons besoin de plus de temps ».

Quand-même ! 26 ans au pouvoir et voilà ce qu’il nous sort ! Quels résultats as-tu donc obtenu en 26 ans ? Ne me dites pas que vous n’avez pas eu le temps ! Non ! Pour obtenir des résultats, il faut des objectifs, des ambitions, du travail ! La révolution de 83 à 87 a obtenu des résultats, bons et mauvais en 4 ans !

Et puis le principe de la gouvernance, est occidental ! Il n’y a pas de concept africain de gouvernance ! Cela n’existe pas et n’a jamais exister ! Nos petits royaumes ca et la ne se sont jamais coaliser en ETAT. Il faut le comprendre ! Ceux qui avant toi ont essayé de gouverner ces états modernes comme le Moogo Naaba le faisait de son petit royaumes ont tous simplement échouer !

 Des routes qui se construisent sans bailleurs de fond ! Quelle ânerie ! N’as-tu pas compris que le premier bailleur de fond c’est le contribuable ? Le principe est simple pourtant ! Le citoyen cotise dans une cagnotte commune, et l’ETAT se charge de redistribuer suivants les besoins. Chacun contribue à la proportion de sa richesse ! Attention ! Cela ne marche que si les uns et les autres arrêtent de voler tout le monde ! Si on prend tes amis avec des mallettes bourrées d’argent !!! , cela ne passera pas … Le respect de la chose publique est la regle ! Bref ! Il n’y a pas de route au monde qui s’est construite sans bailleurs de fond !

Et les institutions ! Elles ne sont pas sorties de terre forte ! Quelqu’un les a voulus fortes ! Quelqu’un a défendu leur force ! Cela commence bien sûr par le respect de ses institutions ! Chacun doit jouer son rôle. Si vous êtes les garants des institutions, vous devez alors faire en sorte qu’elles soient fortes ! Si elles ne le sont pas, alors vous n’avez pas bien fait votre travail ! C’est aussi simple que cela ! Pourquoi alors persévérer dans la médiocrité ? Pourquoi ne pas laisser la place a quelqu’un d’autre pour que cette personne à son tour essaye de bien faire le travail ?

–          « A son époque, il n’y avait aucune liberté dans ce pays : ni de presse, ni d’association, ni d’entreprendre, ni syndicale, ni politique… […] Il y a le mythe et il y a la réalité »

C’est vrai ! Mais les règles du jeu étaient claires pour tous ! Aujourd’hui, vous vous prétendez le père de la démocratie burkinabè, et pourtant, les uns disparaissent sans laisser de traces, les autres sautent avec des grenades dans leur voiture, les uns encore sont brulés, d’autres sont battus presqu’a mort pour avoir simplement exiger d’autres citoyens qu’ils respectent les règles de la circulation routière,  etc..  La réalité ? Nous n’avons pas encore tourné la page de cette époque ou nous n’avions aucune liberté ! Et puis, ne met pas tous en bloque sur le dos de Sankara ! Tu as ta part de responsabilité, n’est-ce pas ? Si les partis Sankariste ne brillent pas aux élections, c’est sans doute comme tu l’as constaté toi-même, de l’absence « de scrutin véritablement démocratiques »

–          « Il n’est d’ailleurs pas exclu, même si l’article 37 de notre Constitution venait à être modifié, que je m’arrête en décembre 2015, comme c’est pour l’instant prévu ».

Je vous le donne ! Un peu de sarcasme, ça ne fait aucun mal ! Si ce n’est pas du sarcasme, ce serait alors un propos d’une arrogance inouïe ! Dans tous les cas, rappelles-toi que M. Tandja allait « droit dans le flanc de la montagne » ! Ouagadougou, ce n’est pas Niamey, mais les aspirations des deux peuples sont les mêmes ! Alors, « murit » vite et bien la réflexion !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :