Reponse a « Une tribune internationale de Franklin Nyamsi : Le Président Blaise Compaoré, l’opposition burkinabè et l’avenir »

Cher Monsieur Nyamsi,

C’est avec beaucoup d’intérêt que j’ai lu votre tribune international sur la situation au Burkina – Faso. En tant que panafricaniste moi-même, je vous félicite pour cet écrit, parce que je pense qu’il est grand temps que les africains se mettent ensemble pour trouver des solutions à leur problèmes. Il est alarmant de penser que hier nous avons décrié la balkanisation de notre continent, et aujourd’hui, des hommes sans scrupule font trop souvent appel à la fibre ethnique, clanique pour diviser et régner ! Le cas lugubre du Soudan du Sud ne cesse de m’attrister tous les jours ! Quel gâchis !

Si je puis me permettre de vous résumer, vous vous présenter comme un opposant au régime de Billa au Cameroun. Par conséquent vous soutenez non pas « … un pouvoir à vie pour le président Compaoré au Burkina Faso, mais d’une transition souple et démocratique à la tête du pays des hommes intègres ».

C’est notre vœux à tous ! C’est pourquoi il faut que la constitution soit respectée en son état ! Certains bonzes du régime développent des arguments aussi ridicules les uns que les autres :

La révision de l’article 37 n’est pas une question juridique mais plutôt politique :

C’est bien sûr ignorer qu’il n’y a pas que la lettre qui compte en droit ! Il y a bien sûr et surtout l’esprit ! La lettre c’est des mots, toute interprétation peut être acceptable. L’esprit par contre c’est autre chose ! L’esprit de l’article 37, à sa restauration en 2000 était clair pour tout le monde ! Y Compris le CDP ! Cela ne saurait souffrir d’aucune contestation aujourd’hui. Pardonner, ce n’est pas oublier ! Même à l’église, on fait pénitence pour le pardon ! Quelle aurait donc été le but de la restauration de l’article 37 si ce n’était que Blaise Compaoré fasse pénitence ?

 Il ne faut pas donner l’occasion à la grande muette de trancher :

Balivernes ! Qui ? Quand ? Comment ? Avec quoi ? Quelle armée ? Si Blaise Compaoré à effectuer 26 ans au pouvoir, c’est parce qu’il n’existe plus une armée au Burkina Faso depuis les évènements de Koudougou en 1987 ! Blaise est le ministre de la défense ! Depuis la mutinerie, seuls les soldats du RSP ont des munitions.

Blaise a de l’expérience :

Assurément ! Cela fait 26 ans qu’il est la ! Mais ce n’est pas Blaise Compaoré qui fait tourner le Faso du matin au soir ! Ce sont ces fonctionnaires si mal payé ! Eux ils restent, ils ne vont nulle part. Quand Blaise va se vautrer en France pour une opération de la cataracte, personne au Burkina ne sait qu’il n’est pas la ! Ne vous y trompez pas ! Le départ de Blaise sera aussi inaperçu que le mien ! J. Rawlings a sans doute beaucoup plus marqué le Ghana que Compaoré le Burkina !  Rawlings est parti, le Ghana lui a survécu. L’expérience n’a rien à voir avec les hautes fonctions de l’Etat ! C’est pourquoi des officiers subalternes de l’armée peuvent s’en accaparer, eux dont la formation ne les préparent aucunement à de telles fonctions !

 Blaise a fait beaucoup pour le Burkina, Il est dans la force de l’âge  etc ..

Quel est l’âge de la retraite au Burkina Faso ? Quel est l’espérance  de vie ? Si Blaise avait si bien travaillé et que la retraite était à 65 ans et l’espérance de vie à 75, je vous l’accorderais bien volontier ! Mais voilà, c’est 55 ans la retraite et 57 l’expérience de vie ! C’est dire que les millions de Burkinabè qui sont né le même jour que Blaise Compaoré jouissent tous depuis presqu’une décennie de leur retraite ! Ceux-là qui n’ont pas eu la chance de se faire opérer de leur cataracte en France sont morts depuis 6 ans déjà ! A 63 ans, Blaise Compaoré est entrain de battre un record de longévité dans son Faso émergeant ! Le Burkina est un pays jeune ! Blaise est simplement  trop vieux ! C’est la rigueur des statistiques du pays !

Et puis, dans une vraie démocratie ce n’est pas un homme personnellement qui fait des choses. Si Blaise a fait de bonnes choses pour le pays, c’est bien sûr a travers son parti le CDP dont il a influencé les projets de sociétés et les programme et autres manifestes. Le CDP continuera de bénéficier de cette intelligence qu’il prise tant et si le peuple veut bien voter CDP, il ne perdra rien.

Les opposants n’ont pas la carrure d’homme d’Etat :

En 1987, Blaise non plus n’avait pas la carrure d’un homme d’Etat. Ne dit-on pas d’ailleurs que c’est à cause de son manque de charisme que Sankara a été vote leader du CNR en 1983, alors que Blaise était celui-là même qui avait pourvu les hommes pour le coup d’Etat ?

Et puis, penser que ce sera forcément l’opposition ou un des ténors de la scène politique actuelle qui gagnera en 2015, c’est vendre la peau de l’ours avant de l’avoir vaincu. Qui vous dit que moi par exemple je ne serais pas candidat aux élections ? Que savez-vous de moi ? De mes chances de gagner ? Rien !

 La limitation des mandats est anti-démocratique :

Quelle arrogance ! C’est le peuple qui fixe les règles de jeu de sa démocratie. En 1991, en toute connaissance de cause le peuple du Burkina Faso a adopté la constitution avec l’article 37 ! Le même peuple (ou une partie du peuple) a exigé sa restauration en 2000.

La constitution fixe un âge minimum pour être éligible en tant président de la république ! Ce n’est pas pour autant que nos concitoyens qui n’ont pas encore cet âge réclament la modification de la constitution ! Cela est-il anti-démocratique peut-être ?

La constitution fixe une caution à déposer pour être candidat. La plupart des burkinabè mourront sans jamais pouvoir réunir cette caution ! Réclament-ils pour autant la révision de la constitution ? Non !

Ce qui fait la démocratie, c’est la constitution ! Si l’article 37 est anti-démocratique, alors la constitution est anti-démocratique elle-même ! Nous aurons donc vécu sous un Etat d’exception depuis 1991.

 Le peuple est souverain ! Faisons donc un referendum pour décider:

Oui, le peuple est souverain ! Il a déjà décidé en 1991 et ensuite en 2000 ! Combien de fois faut-il le dire ? Ou alors faut-il faire voter le peuple jusqu’à ce que les résultats que vous escompter soient obtenus ?  Dans ce cas, tripatouillez directement l’article 37 ! Nous aurions gagné du temps et de l’argent !

« Il ne s’agit pas seulement d’organiser des élections – il faut voir ce qui se passe entre les scrutins. La répression revêt de nombreuses formes et trop de pays, même ceux qui tiennent des élections, sont en proie à des problèmes qui condamnent leur peuple à la pauvreté. …. Personne ne veut vivre dans une société où la règle de droit cède la place à la loi du plus fort et à la corruption. Ce n’est pas de la démocratie, c’est de la tyrannie, même si de temps en temps on y sème une élection ça et là, et il est temps que ce style de gouvernement disparaisse. » Barack Obama

 Il faut une transition apaisée:

Un non-sens ! Qu’est que cela veut dire ? Le président est parti, vive le président ! Quand le peuple vote pour le changement c’est qu’il veut un changement ! Pas une transition en douceur ! Comment fait-on d’ailleurs une transition apaisée ? Comment remplacez-vous une administration Républicaine par une autre Démocrate de façon apaisée ? En créant un troisième parti de Démocrates -Républicains ? Aberration n’est-ce pas ! Un changement est un changement ! Il n’y a pas de transition en démocratie : un jour, il y a une président, le lendemain il y a en a une autre. Les fonctionnaires du palais de la présidence introduisent le nouveau dans ces fonctions. C’est ça la pérennité de l’Etat   !

Blaise a eu 5 ans pour finir ses chantiers ! Il lui reste encore 2 ans d’ici à décembre 2015. Aux USA – ou il y a limitation des mandats – ils parlent de ‘lame duck’, ‘canard boiteux’ pour qualifier la dernière session, le dernier mandat.

Le CCRP s’est accordé sur le principe de l’amnistie. C’est dire que nul ne pourra même si il le voulait causer des ennuis à Compaoré.

Alors de quel apaisement parle-t-on donc ? De quel non apaisement s’agit-il ?

Mon cher Nyamsi, il me semble que vous avez un peu perdu le fil de votre argument après votre introduction. Sans prévenir, votre tribune s’est transformée en une défense véhémente des mérites du président Compaoré.  Pour ce faire, vous avez développé les mêmes arguments que les caciques du régime Compaoré. Ces arguments, vous conviendrez avec moi ne tiennent pas à la scrutation.

Mon cher Nyamsi, je ne suis pas d’accord avec vous quant à la grandeur et la valeur de Blaise Compaoré. Mais, c’est votre droit de penser du bien de lui et je me battrai pour que vous puissiez le faire.

Mon cher Nyamsi, méditons ensemble sur cet extrait du discours du Leader du Monde Libre : « Alors ne vous y trompez pas : l’histoire est du côté de ces courageux Africains, et non dans le camp de ceux qui se servent de coups d’État ou qui modifient les constitutions pour rester au pouvoir. L’Afrique n’a pas besoin d’hommes forts, mais de fortes institutions. »
Barack Obama

Cordialement,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :