Ne detruisons pas la République

Belle question : Quel est le sens de « constitutionnalisation de la chefferie coutumière ? »

Le fou, ton discours te trahit ! Tu parles de « bonnets rouges » ! Les bonnets rouges concernent à peine une moitié de la population de notre pays ! Alors que va-t-on faire pour l’autre moitié ou il n’y a pas de bonnets ?

Contraire à la République !

Cette histoire fait montre d’un pouvoir en manque cruel d’imagination et de vision !

  • Quel est l’influence qu’un chef coutumier dans le Faso du 21 siècle ?  Les exemples de ses derniers mois nous ont montre que leur acceptation le plus souvent ne dépasse jamais le cadre de leur propre famille !
  • Qui s’intéresse à la chefferie traditionnelle ?
  • Quels services rend-elle à notre pays ?
  • Pourquoi vouloir ressusciter quelque chose que nous avons mis tant de temps et d’énergie à démanteler ?
  • Pourquoi n’a ton pas ordonné une étude sur la représentativité réelle du pouvoir coutumier afin de nous guider dans cette démarche ? Si cela a été effectué, que l’on rende publique l’étude et que chaque burkinabé en tire les conséquences !

C’est comme si la France aujourd’hui ramenait les marquis, contes, vis-contes et autres titres d’avant la révolution !

Si il est vrai que tous les burkinabé naissent égaux en droit, alors nos vaillants députés auront l’intelligence de mettre fin à cette mascarade ! La République m’est chère. Elle ne s’aurait tolérer aucune administration parallèle ! J’ai peur qu’à mettre vos « bonnets rouges » au cœur de cette république, vous ne lui donniez la mort ! Le  Faso n’est pas une nation ! Le Faso, c’est plusieurs nations ou les identités nationales se sont tuent pour donner naissance à une identité commune et républicaine ! Vos « Bonnets rouges » nous ramènerons aux nationalismes étroits qui ont valu à beaucoup de pays de notre continent, bien des problèmes !

Que le peuple gouverne !

Je réclame un referendum sur la question !

Si la chose est considérée sérieusement, proposée par le CDP et votée à l’AN alors elle passera. C’est pourquoi le seul recours qui nous reste est de pétitionner l’AN pour que ou bien la loi –si elle est votee – soit répudiée, ou alors que le peuple puisse s’exprimer dessus par voix référendaire.

La constitution dit :

Article 98

Le peuple exerce l’initiative des lois par voie de pétition constituant une proposition rédigée et signée par au moins quinze mille (15 000) personnes ayant le droit de vote dans les conditions prévues par la loi.

Alinéa 2 (Loi N° 002/97 /ADP du 27 janvier 1997)

La pétition est déposée sur le bureau de l’Assemblée Nationale. Le droit d’amendement appartient aux Députés et au Gouvernement quelle que soit l’origine du texte.

J’invite alors les associations de défense de la démocratie et même les partis politiques opposé à cette parodie à nous soumettre une pétition pour signature.

Je les invite à faire de même pour les salaires de députés : que le peuple du Burkina puisse décider le niveau acceptable de salaire que ces gens la méritent !

Certainement, si vos « bonnets rouges » ont de l’influence, le peuple votera oui ! La question est bien trop importante pour être laisse à des députés qui savent pertinemment qu’ils ne représentent pas le peuple. Ils peuvent nous mentir, mais ils savent eux-mêmes comment ils ont été élus !

Arrêtons de jouer avec le feu ! Sinon …

3 commentaires sur “Ne detruisons pas la République

  1. Ping : Comment battre Blaise Compaoré ! | Burkina Fâché

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :