Réfléchissons ensemble donc, messieurs de l’UPR !

Je viens de finir de lire votre article sur le pays, et je tremble de rage tout en m’efforçant de vous faire cette réponse. Je me propose d’analyser votre propos, afin de vous porter une contradiction réfléchie.

Ou étiez-vous donc depuis les années 90 ? Sous les pierres ?

« Depuis quelques temps, l’un des termes les plus utilisés au Burkina Faso est « Alternance ». Quelle alternance ? Comment ? Avec quels acteurs ? Sous quelle forme ?”

Voici la des qui m’étonne ! Depuis la constitution de 1991, il a été question d’alternance ! L’alternance n’est elle pas la raison pour laquelle nous avons voté de mettre fin aux régimes d’exception ? La démocratie pluraliste elle-même ne sous-entend elle pas alternance ? Alors, messieurs, ou étiez-vous depuis les débuts de la quatrième république ? Cela se voit que vous êtes toujours à l ‘ère du parti unique !

Le pire, vous pensez ne pas savoir de quelle alternance, il s’agit mais néanmoins, il vous plaît de faire un article pour vous y opposer en toute vraisemblance ! Comment voulez vous être pris sérieusement ? Comment pouvons nous pensez un instant que cet article est le produit d’une cogitation intense ? C’est de la provocation pure et simple !

Comme vous nous donner raison !

« C’est cette même situation qui prévaut au Burkina Faso depuis belle lurette car, l’apparente unité de la majorité que nous observons a pour socle le Président Blaise Compaoré »

Je m’en fou ! Je suis sur que beaucoup d’autre burkinabè s’en foute ! Le CDP ce n’est pas mon affaire ! Entretuez-vous si vous voulez ! Ce n’est pas mon affaire, ni celles de ces masses qui selon vous « sont sorties massivement pour le faire savoir en se gardant de se mêler des questions non liées à ces aspects de leurs revendications. »

Lorsque nous disons parti-Etat, ce ne sont pas des fleurs que nous vous jetons. C’est une façon de qualifie la gestion merdique que vous avez de notre pays. Un pays ou le patrimoine de l’Etat se confond à celui du président de la République et du parti au pouvoir ! Vous n’avez pas compris que c’est bien cela même qui doit changer, de fait nous donnant raison de vouloir ce changement !

Dans quel trou êtes-vous ?

« Après ces messages très clairs, devons-nous consacrer plus de temps à parler d’alternance qu’à chercher les voies et moyens pour satisfaire ces demandes légitimes ? Nous pensons que non car, si les solutions se trouvaient juste dans cette alternance, on l’aurait vérifié ailleurs et nous nous en serions inspirés. »

Bravo ! Tunisie, Égypte, Libye, Espagne, Italie, Irlande, Yémen, etc..

Autant de régimes démocratiques ou non emporter par les revendications qui découlent de la crise économique actuelle ! Ou étiez-vous lorsque cela arrivait ? Sous les pierres ? Il faut vraiment être de mauvaise fois pour penser que nul n’est responsable de la conjoncture actuelle du pays ! Il faut faire montre d’un certain mépris des burkinabè pour désigner un autre responsable que celui la même qui préside au destin de notre pays depuis plus d’un quart ! Suivant votre logique, « Nous » devons passer plus de temps à chercher des solutions ! Qui est ce « nous » ? Comment arrives-t-on a ce « nous » ? Désole messieurs, si vous n’avez pas les solutions, partez ! Il n’y a pas de « nous » !

Le produit premier de l’alternance c’est justement cette diversité dans les solutions. C’est pourquoi messieurs, nous demandons l’alternance. Bien sûr, vous messieurs ne voyez que vos ventres, vos bas-ventres et vos viscères ! Non, l’alternance ce n’est pas seulement un changement d’homme ! C’est surtout un changement de méthode, de politiques de développement. A force d’essayer de plusieurs façons, on trouvera la bonne façon un jour ! Par contre, à essayer toujours de la même façon, rien ne change ! Pourtant, c’est cette façon que vous défendez. Est-il si difficile de vous rendre compte que rien n’a change dans notre pas depuis un quart de sicle ? Sauf vous, votre palais, vos femmes et vos voitures ! Mais voyez-vous, cela c’est vous, pas le Faso !

Il y a à mon avis des préalables si vous voulez refuser « grève intellectuelle et l’hypocrisie » comme vous dites. :

1-    Le seul couple est Blaise Compaoré,

2-    Le changement est porteur à terme de bonnes nouvelles.

3-    Le refus de changement est porteur à termes de malheurs.

4-    Les expériences des peuples ne sont pas transposables : La révolution Française de 1789 n’a pas empêché la révolution russe de 1917 !

5-    L’Etat est une continuité, pas un homme ! Les fonctionnaires assurent cette continuité ! Aucun politicien n’est indispensable ! Aucun !

Vous ne serez jamais prêt !

« Il est plus que nécessaire de trouver une forme d’alternance préparée à la burkinabè et cela ne peut pas se faire dans la précipitation si nous voulons préserver les acquis. »

Quand même ! Après un quart de siècle ! Et ce n’est même pas vrai ! Le pays n’a besoin d’aucune préparation, ni transition ! C’est con de penser que seul Blaise Compaoré peut présider le Faso ! Cela n’a aucun sens, ni théorique, ni dans la réalité ! A en croire les adeptes de cette thèse, Blaise Compaoré serait le percepteur, le policier, le médecin et que sais-je encore ! Non. L’Etat est une continuité ! Blaise n’a jamais su comment les taxes sont collectées encore moins comment les gens sont opérer de leur cataractes ! Voyez-vous, l’administration publique fait tourner le pays ! Le rôle du politicien, c’est de donner des directions, de concevoir des modèles de développement et de les faire appliquer par l’administration. Bien sur, lorsque le pouvoir en place n’a pas d’idée, il se confond alors à l’administration ! Résultat, des gens comme vous pensent que c’est Blaise qui administre notre pays ! Vous n’avez pas tord quand en 25 ans sa seule idée originale a été « huit mille villages, huit-mille forets  » !

L’administration publique est une science ! La présidence de la république non ! Alors n’allez pas me dire qu’un seul homme sait comme être président de la république puisque il n’y a pas de façon définie de l’être ! Le Faso existait avant Blaise Compaoré et existera après Blaise Compaoré
! Ce pays n’a besoin d’aucune préparation, parce qu’il a une administration compétente qui n’attend que les politiques veuillent bien prendre leurs responsabilités !

Conclusion

Le débat intellectuel suppose avant tout le respect de son auditoire. Ce respect se manifeste surtout dans la cohérence des idées, la bonne fois et l’humilité ! Cet article c sans aucune logique intellectuel est une insulte à notre intelligence. Une arrogance de pseudo-intellectuel qui se cassent en deux pour essayer de justifier injustifiable, défendre ce qui ne peut l’être ! Vu les tares expose, il n’est pas étonnant que notre cher pays soit dans l’état que nous savons tous !

Un commentaire sur “Réfléchissons ensemble donc, messieurs de l’UPR !

  1. Félicitations Monsieur ! le net contribuera nulle doupe à sauver le Faso de la gamme des coulibaly.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :