Le continent du soleil est sans énergie !

Partout sur la planète terre, dites ‘Afrique’ et l’on vous répondra ‘Soleil’. Le soleil comme nous le savons tous, est la plus grande source d’énergie de notre galaxie. Or, en Afrique, malgré l’abondance de cette source d’énergie, beaucoup de pays éprouvent de plus en plus de difficultés à se fournir en électricité. Ce qui est arrivé à Dakar Lundi soir aurait pu se produire dans n’importe quelle capital de la sous-region,  des plus riches aux plus pauvres commence à s’accoutumer aux délestages du réseau électrique. Les raisons de cet état des faits sont multiples, et je vous propose une analyse de quelques unes des raisons qui a mon avis sont remédiables non seulement immédiatement, mais aussi a moindre coût.

Les mauvaises pratiques de gestion

A mon avis , ces mauvaises pratiques commencent depuis la gestion même des sociétés d’électricité, jusqu’à la gestion des relations avec la clientèle, en passant bien sur par le choix des directeurs.

La mauvaise gestion

Le dicton ne dit il pas que  « on ne coupe pas la branche sur laquelle on est assis  » ? Eh bien, nos sociétés de production d’énergie ne l’entende pas de cette oreille. En effet les maux qui minent leur activité sont multiples:

– non disponibilité des services: la couverture est en général insuffisante et incapable de satisfaire la demande. D’aucun penserait que, face a une forte demande, l’entreprise s’empresserait d’augmenter sa capacité afin de maximiser en terme d’affaire !

– les pénuries, l’objet même de cet article. Pour faire des affaires, il faut vendre. C’est l’objet même de l’existence de ses sociétés ! Et pourtant !

Toutes, elles nous citent la vétusté de leur moyen de production. On a envi de leur lancer « Et l’amortissement, jamais entendu parle ? ». Eh oui, c’ est ahurissant , que d’entendre de telles excuses ! Mais hélas cela n’est pas surprenant !

La politisation de la gestion

Ce n’est pas surprenant que les moyens de production soit vétustes pour une simple raison ! Les dirigeant ne sont pas tenu au résultat. La gestion de ces grosses ‘boite’ est devenu hautement politique. Seules les grosses légumes du parti au pouvoir y accède, sans aucun objectif ni mission ni même expérience. L’argent de l’entreprise est utilisé à d’autre fins, toujours politique: financement de campagne, soutient au budget et j’en passe ! Et pourtant, dans la tarification, l’Etat a sa part sous forme de TVA et d’autre taxe ! Pourquoi ne peut il pas laisser à la société sa part, pour par exemple amortir le matériel ? Je ne sais ! J’aimerais bien avoir l’avis d’un ministre de l’énergie dessus !

Il serait souhaitable de pouvoir traiter l’Etat comme n’importe quel autre actionnaire de la société. Le conseil d’administration aura donc la charge de recruter un directeur expérimenté et lui assigner une mission claire et précise.

L’absence de mécanisme de gestion des relations avec la clientèle

Ces sociétés sont le plus souvent l’Etat. L’Etat avec toute sa violence. Le clients n’est pas du tout considérer. En fait la loi a été faite en sorte qu’elle favorise la société. Si mon nouveau réfrigérateur est grillé par une coupure intempestive, le pourrai courir longtemps sans être dédommager. Dans ces conditions, ou l’entreprise ne semble avoir aucun devoir vis à vis du client, l’entreprise n’a vraiment aucune raison de s’améliorer.

Des lois qui donnent beaucoup plus de droit aux clients sont souhaitables aussi bien pour le client que pour l’entreprise elle-meme.

Les mauvaises politiques énergétiques

Mes critiques de la politique énergétique de nos Etats sont nombreuses. Alors, pour ne pas avoir à écrire un article interminable, je me contenterai de discuter juste quelques unes de ses critiques.

Le monopole

La production de l’électricité a pendant longtemps été un monopole d’Etat. De nos jours , avec les efforts consentis pour l’électrification des zones rurales, les lois ont été modifiées afin de permettre à des coopératives et même à des entreprises privées de produire de l’électricité en milieu rural. Mais il serait souhaitable, que même en zone urbaine, le privé et même le citoyen Lambda puisque participer a la production de l’ énergie.  Le domaine pendant longtemps et aujourd’hui encore est vu comme un domaine stratégique. Mais en réalité, dans le secteur, la production de l’énergie n’a rien de stratégique à proprement parler. Le villageois qui retourne du marché sur son vélo en produit avec sa dynamo. Ce qui est stratégique dans le domaine de l’énergie, c’est plutôt sa distribution, c’est à dire le réseau électrique (l’ensemble du câble haute et moyenne tension). C’est ce réseau électrique, que je pense, devrait être le monopole de l’Etat.

La production de l’énergie donc, à mon avis doit être entièrement libéralisé aussi bien en campagne qu’en milieu urbain. L’Etat pourvoie le réseau de distribution, ce qui du reste réduira de beaucoup les coups de l’investissement dans la production de l’énergie. Il devrait être possible pour chaque producteur de vendre son énergie au réseau. Cela permettra aux uns de monnayer leur excédent de production et autre de bénéficier d’une source supplémentaire . Par exemple, si à Dori (à l’Est d du Burkina) à cause de la  chaleur les groupes doivent s’arrêter, à Batié (au Sud-Ouest), la production peut continuer et l’énergie injectée dans le réseau peut être utilisé à Dori notamment !

Alors, oui pour un monopole sur la distribution. Il faut un réseau national intégré, et vu la lourdeur des infrastructures, seul l’Etat peut vraiment prendre en charge de tel investissement. Par contre non au monopole de production. Le gymnase de mon cartier devrait pouvoir revendre l’énergie produite par toutes ses gens bien nourries qui pédalent les vélos d’exercice pendant des heures !

Le sous développement de l’énergie renouvelables

En introduction, j’ai mentionné le fait que l’Afrique était le continent le plus ensoleillé et pourtant a des difficultés à produire l’énergie qu’il lui faut. C’est vrai que lorsque cette production est presque entièrement dépendante de groupe électrogène quelque soit leur taille, vu l’ensoleillement, il y aura toujours problème. Tout moteur électrique doit être refroidi, et quand cela n’est pas possible, il faut simplement l’arrêter. C’est pourquoi les véhicules ont des radiateurs. C’est dire que avec la production d’énergie basée sur les sources d’énergie fossile, les pays chauds ont un handicap supplémentaire à franchir !

Mon avis est que nous devrions , au lieu de prospecter pour de nouveau gisement de pétrole , plutôt utiliser l’autre ressource naturelle que nous avons abondamment: le soleil ! Pourquoi l’Afrique n’est elle pas aujourd’hui à l’avant garde de la recherche sur l’énergie solaire ? Avec le réchauffement planétaire qui une question de plus en plus prise au sérieux, il devrait être assez facile pour l’Afrique d’attirer non seulement les capitaux, mais aussi les cerveaux les plus brillants en matière d’énergie solaire. Je rêve d’un centre inter-africain de recherche sur l’énergie solaire, financer par nos Etats, avec des chercheurs venus de partout dans le monde.

A défaut de cela, nous devrions pouvoir au moins encourager les ménages à utiliser ce qui existe déjà. De nos jours une maison peut être auto suffisante en matière d’énergie : réfrigérateur solaire, congélateur solaire, climatiseur solaire. Pourquoi nos Etats n’encouragent  ils pas le développent de cette autosuffisance ? Pourquoi chaque mètre carré de toit n’est il pas couvert par un autre mètre carré de panneau solaire ? Pourquoi, les sociétés qui produisent ces réfrigérateurs, climatiseurs ne sont elles pas encouragées à venir s’installer chez nous pour produire beaucoup moins chère à la portée de nos bourses ? Pourquoi nos Etats taxent ils encore les panneaux solaires ?

En dehors de l’énergie solaire, l’énergie hydro-electrique, notamment à travers les barrages d’Inga en RDC est l’autre source renouvelable qui pourrait résoudre le problème à l’échelle continentale. Pourquoi aucune de nos organisations régionales ne paraissent s’intéresse sérieusement à ce potentiel ?

En conclusion, la gestion de nos sociétés de production d’électricité gagnerait à être dépolitisée et professionalisée. Si il est vrai que le domaine de l’énergie est stratégique, cela est vrai pour la distribution plutôt que la production. Par conséquent, l’Etat devrait mettre en place un réseau national (sinon régional) afin de permettre une meilleure gestion de la production. Il devra aussi permettre à des acteurs aussi modestes que les ménages de revendre de l’énergie au réseau national. Les ménages ne pourront atteindre un tel niveau d’intégration que si ils sont encouragés vers un auto-suffisance energetique, à travers l’utilisation de l’énergie solaire. Dans un tel contexte, chaque bâtiment produira son énergie pour son électrification, sa climatisation, et ne reversera au réseau national que l’excédent de production.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :