Oser inventer un Burkina Nouveau!

Le monde entier a clamé sa joie lorsque enfin, le Burkina Faso s’est inscrit au nombre des pays qui pourrait connaitre une alternance démocratique aux prochaines élections ! Mais très vite, l’éphorie du moment à céder a consternation !

  1. Le coup d’Etat

S’il est vrai que les manifestants ont demandé aux militaires de « prendre leur responsabilités », il me semble que la substantifique moelle du message a été perdue dans cette phrase digne d’une foule en liesse et non de l’élite politique qui a conduit et organisé cette révolution. Ma compréhension est que, le peuple demandait à l’armée de prendre Kosyam étant donne la lourdeur de l’armement du RSP. Stratégie intelligente, qui devrait permettre d’éviter un carnage. La victoire ne faisait aucun doute, c’est plutôt le prix à payer pour cette victoire qui était matière à réflexion pour l’opposition.

Nous savons tous que l’armée n’a pas assumé ! Elle n’a pas pu protéger le peuple face au RSP, qui je le rappelle avait déjà maté la mutinerie du camp Ouezzin à Bobo en 2011. La même chose malheureusement allait se répéter ce 31 Octobre 2014 ! Je passe sous silence les causes qui ont conduit au départ de Blaise ! Que ce soit un départ volontaire ou forcé parce qu’une partie du RSP s’est retourné contre lui, nous aurons tout le temps de faire la lumière dessus ! Mais Blaise à peine parti, que le chef d’Etat-major général des armées s’autoproclame Président du Faso ! De quel droit ? Il va même jusqu’à dissoudre les institutions de la république. Le mot en français pour qualifier de tels agissements, c’est « coup d’Etat » militaire ! Et comme les coups d’Etat ne trouvent leur ‘légitimité’ que sur la base du rapport de force, alors ce qui devait arriver arriva ! Celui-là qui avait plus de muscle fit à son tour un autre coup ! Ainsi donc, le RSP porta son homme au pouvoir comme ils le disent.

  1. Oser inventer un Burkina Nouveau

La seule OSC qui supporte ce coup d’Etat du RSP, semble être le Balai Citoyen ! Là encore, je pense qu’à part les dirigeants qui comptent bien monnayer leur influence à Zida, la base du mouvement n’a pas été consultée et a déjà été trahi :

  • Plus d’une trentaine de mort et avant même leurs obsèques, sans même essayer de faire la lumière sur les circonstances de leur mort, nous invitons les présumés coupables à table ! Comment cela peut-il être une démarche pleine de probité et de sens ? S’il y a une chose que nous devons retenir de l’ère Compaoré, c’est que si un crime reste impuni, d’autres crimes s’en suivront malgré les promesses de ne pas récidiver ! Depuis la nuit des temps, les peuples châtient les crimes pour l’aspect dissuasif du châtiment !
  • Ce n’est pas une journée de deuil qui rendra justice à ces victimes de la pire des injustices ! Ce qui leur rendra justice, c’est que nous retrouvions, jugions et punissions ceux la même qui ont causé leur mort ! Si le RSP n’est pas responsable de toutes les morts constatés, on ne peut certainement pas l’absoudre non plus ! Si Zida était le commandant adjoint de ce régiment, il a donc de prêt ou de loin quelque chose à voir avec les tactiques que celle-ci à utiliser ! En tant que le plus grade de cette organisation qui est encore sur le territoire nationale, il convient qu’il aille rendre témoignage devant nos juges pour voir si ils le trouvent Blanc ou Noir !
  • Après avoir annoncé avec grande pompe que la révolution appartenait au peuple et que les décisions ne se prendraient pas dans les bureaux mais plutôt à la place de la Nation, ils ont vite fait de s’installer à Kosyam avec le nouvel « Homme Fort » ! Quel honte ! Sur les media sociaux, ils nous parlent de « Quel civil peut diriger la transition », « il faut oser inventer un Faso nouveau », « il y avait beaucoup d’hésitation de l’opposition » , etc .. Ils ont déserté la place de la nation pour les salons feutres de Kosyam !

Qui aime bien, châtie bien ! Le premier point de cette transition doit être sans conteste de faire la lumière sur les circonstances de la mort de nos camarades. Il faut autant que possible retrouver les coupable et les châtier à la hauteur de leur forfait pour que plus jamais pareille tueries n’adviennent dans notre nation ! Comment pourrons-nous faire ainsi si ceux la même qui ont tiré sur nous a balle réelle président la transition ? Je ne déclare pas le RSP coupable ! Je dis simplement que ni moi, ni le reste de l’armée n’avait suffisamment d’arme pour effectuer les tueries que nous avons vues ! Le Nouveau Faso que le Balai Citoyen veut bâtir doit commencer pas la ! C’est la seule façon de garantir que plus jamais aucun burkinabè ne tombera impunément sous les balles criminelles d’aucun régiment de notre armée !

Le nouveau Faso qu’il faut oser inventer, c’est un Faso sans les hommes forts ! Un Faso ou enfin, l’armée commencerait à faire le travail qui est le sien plutôt que de s’accaparer le pouvoir. L’armée dans notre pauvre pays est aux affaires depuis 1966 ! Nous ne nous en portons pas bien pour autant ! L’heure est venu de penser ce Burkina nouveau, sans les bidasses sinon à la place qui est la leur dans une république : celle de servir le peuple en assurant l’intégrité du territoire, des personnes et des biens.

Penser que aucun civil ne peut diriger la transition est un argument qui se défait lui-même ! Les civiles devront gérer le pays après la transition, ad eternam ! Comment pourrions-nous alors leur faire confiance si nous ne pouvons le faire maintenant ?

Quant aux hésitations de la classe politique, quoi de plus normale ! En 48 heures, sans crier gare, un régime vieux de 27 ans est tombé ! Tout le monde a été pris de cours, et prendre hâtivement des décisions ne pouvait que conduire à des heures grossières comme celle commises par les leaders du Balai Citoyen ! De plus, quand il s’agit de prendre la tête du pays pour une transition, il faut comprendre que un préalable souvent accepte en pareille situation est que le Président de la transition ne pourra se présenter aux élections !

  1. Conclusion

Je partage pleinement les préoccupations de l’opposition et de la communauté internationale ! La transition doit rester civile, et ce pour les raisons que j’ai évoqué ci-haut en réponse aux justifications que le Balai Citoyen a donné sur ses agissements.

Le Balai Citoyen est une organisation qui a forcé mon admiration en organisant et en sensibilisant notre jeunesse ! Elle a certainement contribue à la Victoire que nous savourons tous en ce moment ! Mais en tant que organisation apolitique, elle doit reconnaitre que la gestion de l’état appartient au domaine de la politique. Elle doit reconnaitre ses limites et arrêter de pousser le pays vers la confrontation en créant les dissensions que nous avons vu ces derniers jours ! Il est concevable que tous ne soient pas du même avis ! Cela est même souhaitable ! Je souhaite vivement qu’un rejoigne le lot des autres OSC et suivent les décisions prises à la majorité par ces OSC.

Il faut féliciter les efforts CFOP pour dénouer la crise. Mon veux est que de la concertation qui se tient en ce moment même, il ressorte une légitime du peuple à assumer son destin, et que notre armée assume finalement son rôle républicain, chose qu’elle n’a pas faite depuis 1966 ! La place de l’armée, ce n’est pas à la tête de l’Etat, et cela à aucun moment de la vie d’une nation !

Un commentaire sur “Oser inventer un Burkina Nouveau!

  1. Ping : Patriotisme ou arrivisme ? | Burkina Fâché

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :