Le début de la fin : les signes !

La corruption est belle et bien un mode de gouvernement dans notre cher Faso.

A qui profite le crime ?

Tenez bien. L’Affaire Guiro ! D’aucun dira que la montagne a accouche d’une sourie ! Arrêter en grande pompe dans la presse nationale, il a été libéré et même autorise à se présenter aux récentes élections, au compte du CDP dit-on ! Je note que je n’ai pu vérifier cette information. En tout cas, au moment de son arrestation, il était bien conseille CDP dans son village de Boulounga. Ce qui suit donc est une supposition  que la rumeur est exacte. Si elle ne l’est pas, que l’on démente et je serais plus que ravis de publier les preuves du démenti !

Si légalement et constitutionnellement on ne pouvait ne pas empêcher cette candidature, au moins la bien séance et la pudeur aurait voulu que tout parti refuse un tel candidat jusqu’à ce que la lumière soit faite sur les soupçons qui pèsent sur lui. Et cela pour deux raisons au moins à mon avis :

  • La première est d’envoyer un message claire a la nation entière que le parti n’est pas un refuge de brigands des grands chemins, mais plutôt un parti d’éthique et de morale qui peut à droit de s’impliquer dans la vie de la nation.
  • La deuxième raison est de permettre à la justice de faire son travail comme cela se doit en évitant les amalgames qui pourraient ensuite cause de tort. Par exemple la question de l’Independence et de l’impartialité de tout éventuelle pourrait être posée. Comment un juge pourrait-il s’en prendre a un candidat qui a la bénédiction du parti au pouvoir avec les précédents que nous connaissons ?
  • Une troisième raison que nous pourrions cite, est ce que l’on fait faire au peuple de façon indirect. Puisque nous système est tel que ce n’est pas un candidat qui est directement élu mais plutôt une liste, un passage de la liste du parti qui comporterait ce nom, voudrait signifier clairement que une partie du Burkina, malgré l’indignation nationale qu’a suscité cette affaire est à mesure de regarder ailleurs et d’élire pour le représente, une personne soupçonnée de malversations ! Peut-être que cette partie du pays a des solutions pour que les mêmes malversations ne se reproduisent pas dans la gestion des choses qui lui seront confié suite à son élection ? Si telle est le cas, nous avons besoin du remède au plan national. A moins que nos populations ne soit aussi ignorantes !!!!

Si Blaise Compaoré, même en tant que premier magistrat du pays ne peut être mis en cause dans le cas de la libération de Guiro, je serais fort étonné qu’il ne puisse l’être dans le cas de sa candidature au compte du CDP !

Au dessu des institutions de la République ? Pourtant c’est elle qui le font !

Si l’affaire Guiro ne vous convainc pas, prenez celle du Professeur Joseph Pare ! Cette fois c’est l’ASCE qui l’épingle !  Apres le rapport, nous attendions tous la suite logique, c’est-à-dire les poursuites judiciaires.

Dans cette affaire, l’intéressé lui-même semblait avoir commencer à bien faire : démission avec fracas pour se mettre à la disposition de la justice..

Et puis, silence.. Puis une interview comme celle-là : Joseph Paré botte en touche

Je ne commenterai pas sur le mérite de l’interview. Sachons passer la rhétorique pour aller à l’essentiel. Monsieur Paré, si vous n’aviez pas rendu votre démission, permettez-moi de vous dire que la bienséance exige que vous le fassiez. Cette semaine même, la date du procès d’une ministre anglais a été fixée ! Tenez-vous bien, il a démissionné du cabinet pour se mettre à disposition de la justice de son pays, par que l’on l’accusait d’avoir dissimule un ticket de vitesse !

Alors, vous qui représentez la face du Burkina Faso en France, continuer à le faire quand des soupçons de malversation pèsent sur vous, bafoue tout simplement la dignité de notre pays ! C’est une situation qui ne nous rend aucun service auprès de nos donateurs! Qui vous confiera des milliards pour les burkinabés ?

Si votre démission a été rejetée à quelques niveaux de la hiérarchie pendant que le Président du Faso assistait sans rien dire, alors cela est une honte. Si le Président du Faso l’a lui-même rejeté, c’est encore plus honteux !

A quoi cela sert-il de mettre des institutions budgétivores en place si l’on ne respecte par leur travail ? L’ASCE a publié un rapport qui doit être pris très au sérieux, le président du Faso en tête ! En tant que premier magistrat du pays, il devrait être le premier à respecter les institutions que lui-même a mis en place. Autrement, qu’il nous en fasse l’économie si n’a pas l’intention de les écouter. Que l’on dissolve toute les institutions que nous déclarions la monarchie!

A 60 ans, notre président est devenu un vieillard débonnaire. Il fait la sourde oreille aux murmures de son peuple. Il n’en fait qu’a sa tête. Et pourtant il y a peine un an, lorsque Ouaga la rumeur s’est remplie de la rumeur de sa fuite, débandade je devrais dire, d’aucun espérait que des leçons auraient été tirées de la crise dans l’armée, et une nouvelles dynamique de changement impulsée par le gouvernement de crise de Luc Adolphe Tiao. Tous ce qui a changé, c’est un peu d’argent de mains, le temps de faire taire la grogne des bidasses. A 60 ans, on ne change pas d’habitudes !

Il n’y a pas plusieurs façons d’interpréter le silence du Président du Faso vis-à-vis de ces évènements que je considère grave.  Il est impuissant ou tout simplement fait sien le dicton qui dit « Occupes-toi de la poutre dans ton œil plutôt que de la paille dans l’œil de ton voisin ! ». Chacune de ses interprétations me donne le frisson à y penser :

S’il est impuissant, qui alors détient les rênes du pouvoir ?

S’il s’occupe plutôt de la poutre dans son œil, combien alors est la taille de cette poutre ? Parce que alors 2 milliards ne serait qu’une paille !?

 Le début de la fin: les signes !

C’est vraiment le commencement de la fin ! Assurément ! Tous les dictateurs sont passés la, sans exceptions.

Cela commence par le mépris du peuple et de ses aspirations.

Le peuple crie justice, mais le président du Faso dinent et boit avec les voleurs de la république et les voyous de tout ordre : n’est-il pas vrai que son ministre qui s’est rendu coupable de coups et blessures sur la personne d’un mécano circule toujours en toute impunité ?

Le peuple a soif de changement, mais le système ne peut pas changer: on fait oublier les uns, ramènent les autres, toujours les mêmes, la même langue de bois !

Le peuple a faim, on lui parle d’un Burkina respecté sur le plan international.

Le peuple crie corruption, nous lui répond que c’est pire ailleurs, il crie pauvreté, on lui répond que le pays connait la paix !

Mobutu, Mugabe,Ben Ali, Moubarak, Kaddafi, etc ..

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :